Err

Blog

Fitou, les grands vins de Bertrand-Bergé

L'AOC Fitou est une des appellations les moins connues du Languedoc, région pourtant très en forme en ce moment.C'est dommage car des vignerons talentueux s'y expriment et les vins bénéficient d'un très bon rapport qualité/prix. C'est le cas du domaine Bertrand-Bergé : les vins bio produits par ce domaine sont d'une belle race et d'une grande profondeur.

Depuis la récolte 2011, le domaine est cultivé en agriculture biologique, certifiée par Ecocert. Les vignes sont toutes labourées, fertilisées par un amendement organique et traitées avec des produits sans molécules de synthèse et nous utilisons des doses très faibles de SO2.

Les vins possèdent tous une belle identité : Origines est l'entrée de gamme du domaine Bertrand-Bergé, puissant et concentré, c'est un excellent rapport qualité/prix. Mégalithes est une dominante de carignon, racé et frais : il possède une belle capacité de garde. Ancestrale est la cuvée référence du domaine, l'emblème du style Bertrand-Bergé. Boulière possède un équilibre et une énergie hors normes. Enfin, la cuvée Jean Sirven est la grande cuvée de garde du domaine, à oublier 15 ans en cave.



Rédigé le  2 nov. 2019 10:54  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Domaine Pavelot, la finesse de Pernand-Vergelesses


Le domaine Pavelot est un de nos domaines phare sur ardoneo. Depuis plus de 12 ans, nous travaillons avec Lise et Luc qui dirigent ce domaine de toute beauté.Les vins du domaine se caractérisent d'une manière générale par une grande finesse et beaucoup d'élégance. En effet, les AOC Pernand-Vergelesses, Aloxe-Corton, Corton et Corton-Charlemagne sont situées juste au nord de Beaune et une partie importante du vignoble est exposée au soleil levant, ce qui apporte cette finesse.

Le domaine a toujours travaillé en bio mais la certification n'est que récente.Plusieurs terroirs se distingent au domaine : nous apprécions les Pernand-Vergelesses village blancs bien sur, mais nous aimons aussi les rouges et notamment l'Ile des Vergellesses, un 1er cru soyeux et raffiné d'une belle capacité de garde.

Découvrez cette appellation méconnue et dont les prix restent raisonnables par rapport au reste de la Bourgogne !
Rédigé le  24 oct. 2019 12:18  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Le vin bio, qu'est ce c'est ?

Bio et vin bio : un peu d'histoire
Ce n'est qu'après la seconde guerre mondiale, dans les années 60, alors que l'agriculture intensive connait un grand succès, que l'agriculture biologique apparait en France.

En effet, en 1962 est créée l'AFAB (Association Française pour l'Agriculture Biologique), mais ce n'est qu'au tout début des années 1980 que les premiers décrets et lois sont pris en France pour la création de cahiers des charges (loi d'orientation agricole du 4 juillet 1980 et décret du 10 mars 1981 : définition des conditions d'homologation des cahiers des charges et substances pouvant être utilisées dans la production, la conservation et la transformation des produits agricoles dits biologiques).

La Communauté Européenne reconnaît officiellement l'agriculture biologique en 1991 avec le règlement CEE n°2092, suivi en août 1999, de règles relatives à la production, l'étiquetage et l'inspection en matière d'élevage (Règlement 1804/1999).

Le nombre de viticulteurs engagés en agriculture biologique ne cesse de progresser : il a augmenté de plus de 16% en 2007, ce qui représente 1907 viticulteurs ou encore 2,6% du vignoble français.
Le vin bio existe-t-il ?
Le vin bio existe officiellement depuis 2012, avec la reconnaissance du vin bio par l'Europe. Auparavant, il n'existait pas à proprement parlé de « vin bio », mais des vins élaborés à partir de raisins « issus de l'agriculture biologique ». On regrettera que le cahier des charges en matière de vinification est bien peu contraignant pour le vigneron bio et ouvre la voie à l'essor du bio industriel, vin issu de raisins bio mais dont le gout pourra être standardisé grâce aux pratiques de vinification permissives !

L'objectif de l'agriculture biologique est de respecter la terre, les produits et le consommateur afin de manger sain dans le respect du terroir.
Elaboration d'un vin bio
L'agriculture biologique est soumise à un cahier des charges interdisant entre autres l'utilisation d'engrais ou de produits phytosanitaires de synthèse, ni de produits chimiques (pesticides, insecticides, fongicides, engrais, etc.). Le vigneron qui élabore un « vin bio » essaie de renforcer au maximum les défenses de la vigne pour limiter les traitements. Toutefois, contre les maladies les plus fréquentes (mildiou, oïdium), les traitements au soufre et à la bouille bordelaise (à base de cuivre) sont le plus souvent utilisés. Cette conduite de la vigne demande du temps : c'est pourquoi élaborer un vin bio demande 20% à 30% de main d'oeuvre supplémentaire par rapport à une agriculture conventionnelle.

3 ans minimums sont nécessaires pour se faire certifier en bio. Pendant ces 3 années, le vignoble est en conversion bio : il se doit de respecter la réglementation sur les produits bio, est suivi par l'organisme de certification qui s'assure du respect de cette règlementation mais n'est pas considéré comme « vin bio ».

En matière de vinification, le vigneron ayant ses vignes certifiées bio n'a pas beaucoup plus de contrainte que le vigneron conventionnel, l'Union Européenne ayant permis l'utilisation de levures exogènes et de quasiment toutes les pratiques viniques du conventionnel. Le soufre est autorisé à des doses légèrement inférieures aux doses de soufre dans le conventionnel (30 à 50mg en moins). Il est faux de penser que vin bio est égal à vin sans soufre. Toutefois, un grand nombre de vignerons qui conduisent leur vignoble en bio sont très vigilants à conserver le plus de naturel possible (c'est-à-dire à utiliser le moins possible de produits chimiques) dans leur chai afin de mettre en valeur tout le travail donné dans la vigne. Certains ont d'ailleurs adhéré à la charte de la FNIVAB qui établit les règles de transformation des raisins bio en vin au cours de la vinification, de l'élevage et du conditionnement.
Vin bio : certifications et labels
Les organismes de certification sont en charge de contrôler les vignobles au nom des pouvoirs publics et de valider le respect de la réglementation française et européenne concernant le bio.

ECOCERT, créé en 1991, est l'organise le plus répandu : il effectue les contrôles de 70% des entreprises (production et transformation) du "bio" en France et 30% dans le monde. La majorité des vins bio sont certifiés par Ecocert.

Le Label appartient au Ministère de l'agriculture : il garantit que l'aliment est composé d'au moins 95 % d'ingrédients issus du mode de production biologique, ne comporte ni colorant chimique, ni arôme artificiel, ni additifs de synthèse, ni agent de conservation chimique et n'a pas été irradié. Vous trouvez ce label sur certains vins bio mais il n'est pas systématique : certains se contentent de préciser : « vin issu de raisins de l'agriculture biologique, certifié par Ecocert ».

Au-delà de ces certifications et label, des organismes privés ont élaborés leur cahiers des charges et label. On peut citer par exemple Demeter ou biodyvin qui certifient une viticulture en biodynamie et une vinification avec peu de soufre ou TERRA VITIS qui certifie une agriculture raisonnée suivant un cahier des charges précis.
Rédigé le  12 oct. 2019 15:48  -  Lien permanent
0 Commentaires